Interview de Nolwenn Nasri - UX/UI Designer en freelance


#1

Nolwenn

Nolwenn, 27 ans, est UX/UI Designer en freelance depuis 3 ans. Elle habite Nantes, fait du vélo de route, du surf et pas mal de sport en général. Elle a également fondé Freelances Travel, où elle organise des voyages co-working entre freelances, et créé un groupe Meetup de Conseils en UX/UI Design sur Nantes qui regroupe 450 membres. En parallèle, elle mène un projet collaboratif artistique avec 80 photographes du monde entier, intitulé Hi Love You.

Pour en savoir plus sur Nolwenn tu peux visiter son site web www.nasrinolwenn.fr

Peux-tu nous présenter ton métier ?

J’accompagne les entreprises dans le développement de leur produit/service par le Design. Je les aide à faire en sorte que leurs idées, projets d’applications mobiles, sites web ou même produits physiques soient compréhensibles par le public qu’elles visent. Et surtout, que ce soit en accord avec leur véritable besoin. Je m’occupe ensuite de créer une ergonomie et une identité visuelle adaptées.

Quelle est la raison pour laquelle tu as choisis de faire du télétravail ?

Le télétravail s’est imposé de lui-même lorsque j’ai commencé mon activité. Ça n’a donc pas été un choix au début mais plutôt la conséquence de travailler en tant qu’indépendante. Beaucoup de mes clients, qui sont essentiellement des startups font aussi eux-mêmes du télétravail ou alors sont dispatchés partout en France. Cela les arrange aussi d’avoir quelqu’un qui est en capacité de travailler à distance pour eux.

J’ai ensuite découvert tous les avantages du télétravail auxquels je n’avais pas pensé au départ : liberté des horaires, gain de temps (pas de transports à prendre), se créer sa propre ambiance de travail sans gêner qui que ce soit : musique à fond si on veut, dans le canap’ ou pas, en se parlant à haute voix,… :smiley:
Aujourd’hui ce sont des avantages auxquels je suis très attachée et je ne voudrais pas en être privée !

Peux-tu nous décrire comment se déroule un projet client avec toi (en télétravail) ?

En général, nous avons un premier call téléphone pour parler du projet en macro. Si nous sentons tous les deux qu’il peut y avoir un véritable match entre leurs besoins et mes compétences, je propose un second call pour entrer plus en détail ou une vizu.
A la suite de ça, j’effectue un devis. S’il est validé, nous commençons presque toujours la mission avec un kickoff/workshop d’une journée ensemble.
Puis le reste se fait en télétravail avec des points de présentation à distance réguliers.
Mais il y aussi pas mal de feeling. J’insiste beaucoup auprès de mes clients sur le fait que je suis prête à n’importe quel moment à aller les voir en vizu si besoin. Je suis relativement mobile et peux donc m’adapter en cas de soucis (ce qui finalement, arrive très peu !)

À quoi ressemble ta journée type ?

Ce que j’aime le plus dans le fait d’être freelance est justement d’avoir peu de routine et peu de journée type. Mais je pourrais dire : matinée qui démarre vers 9h30 constituée principalement de tâches compta/mail/réseaux. L’après-midi est plus productive, c’est là où je vais prototyper, maquetter pour mes clients. Mais encore une fois, c’est très variable…

Quels sont les outils dont tu ne peux te passer ?

Mon tél et mon macbook, of course. En terme d’outils plateformes : Linkedin, Groupes Facebook d’Entrepreneurs, Slack, Spotify

Quelle est pour toi la plus grande difficulté à bosser en télétravail et comment la surmontes-tu ?

Indéniablement la solitude ! J’ai occupé un espace de coworking pendant 6 mois pour y remédier mais je n’ai pas fait de lien particulier. Alors j’ai créé Freelances Travel. J’ai aussi constitué un groupe de free à Nantes et on va bosser dans des cafés/espaces de coworking une demi-journée par semaine. La sensation d’avoir des collègues me manque !

Quel est pour toi LE bénéfice du télétravail dont tu ne pourrais te passer ?

La liberté de moduler son emploi du temps ! Pas envie d’être devant l’écran cet aprem ? Pas de soucis, je me lèverai plus tôt le lendemain. Envie d’une longue pause déj’ avec une pote ? C’est possible. Bref, le temps n’est plus un ennemi.

Pour entretenir ou démentir le cliché, quelle est ta tenue habituelle pour travailler ?

Heu…un pantalon et un tee-shirt ? haha ! Plus sérieusement, je me force à m’habiller de la même manière que je pourrais le faire si je bossais à l’extérieur. Hors de question pour moi de bosser en pyj’.

Quelle est ta réponse quand on te demande si tu arrives vraiment à bosser ?

Oui j’y arrive vraiment car pour moi, je ne bosse pas. Mon métier est ma passion. Etre freelance me permet de créer l’emploi dont j’ai envie finalement. Pas de limite. Donc oui j’y arrive parce que ce mode de vie est un choix que j’ai fait. Quand tu sais pourquoi tu fais les choses, rien ne peut t’arrêter.

Quelle(s) ressource(s) conseillerais-tu pour en apprendre plus sur le télétravail ?

Les rencontres tout simplement :slight_smile: Aller dans les coworkings, échanger avec ceux qui sont là bas. Leur poser des questions etc…

As-tu quelque chose à rajouter ?

Je n’ai pas de pantoufles, je suis toujours en chaussettes ! :wink:

Un grand merci pour avoir participé à cette interview :slight_smile:

Pour en savoir plus sur Nolwenn tu peux visiter son site web www.nasrinolwenn.fr

Pour découvrir d’autres interviews, tu peux t’abonner à EnPantoufles sur Twitter et Facebook ou rejoindre la communauté :wink:


#2

@Bastien, merci pour cet article très intéressant. Très sympa d’avoir la vision d’une "indep"sur ce sujet du télétravail, travaillant entrprise, ce n’est pas le feedback auquel j’ai droit habituellement :wink:

Ici Nolwenn Nasri met très bien en exergue quelques points clefs :

  • le fait de télétravailler peut éventuellement “effrayer” l’interlocuteur, raison pour laquelle un “face 2 face” est toujours organisé et proposé en complément si nécessaire. J’imagine également que pour l’indépendant travaillant à distance, il est malgré tout important de lire le temps en temps le “body language” de son interlocuteur qui en dit long sur la perception des messages reçus. J’aurai été intéressé de connaît le nombre de deals qui se sont faits sans aucun contact physique.

  • A la lecture de cet article je discerne malgré tout une certaine routine dans la journée de télétravail de Nolwenn. Les observations qu j’ai pu faire sur d’autres cas de télétravail montrent d’ailleurs en majorité que les routines sont essentielles au télétravailleur car elles lui permettent de s’organiser, garder un lien avec l’extérieur, de s’auto motiver (inconsciemment) , de pouvoir se concentrer sur l’essentiel de son boulot sans “stresser” etc.

  • Les tiers lieux et les espaces de coworking en particulier sont indéniablement des espaces qui sont mis en avant pour porter l’évolution du télétravail. Je comprends ici que cette expérience n’a pas apporté de valeur pour Nolwenn, en tous cas à propos des rencontres qui étaient a priori une attente. Cela aurait été intéressant de comprendre pour quelle(s) raison(s).